37 821 527 personnes agissent sur MesOpinions.com

Pétition - Santé

Signez la pétition

Déjà 20.961 signatures

  Partager avec vos amis Facebook  Partager avec vos amis Facebook

Sauvegarde en cours...
Pétition : Pour une reconnaissance du métier d'aide soignant

Pour une reconnaissance du métier d'aide soignant

Auteur : Le groupe pour la reconnaissance du métier d'aide-soignant(e)

Créé le 28/09/2013 - Fin le 01/12/2016

Mise à jour de la pétition

À l'attention : ministère de la santé

Madame La Ministre de la santé, 
 
Nous avons créée et nous vous adressons cette pétition pour une meilleure réglementation et surtout une meilleure reconnaissance de notre métier d'AIDE SOIGNANT(E). 
 
Très peu de personnes connaissent réellement le rôle que nous avons dans une équipe médicale. Nous sommes le premier maillon de la chaine, ce qui définie que nous sommes les yeux et les oreilles de l'infirmier(e).  
 
Par les soins que nous prodiguons (toilettes, soins de confort, repas, nursing, accompagnement physique-psychologique…) nous devenons un confident, une main réconfortante et bienveillante pour les patients. Ces derniers se confient naturellement et plus facilement à nous les Aide Soignant(e)s qu'au reste de l'équipe.  


Il contribue au bien-être des malades , en les accompagnant dans tous les gestes de la vie quotidienne et en aidant au maintien de leur autonomie 
 
Nous créons un lien qui apporte des informations indispensables aux patients permettant une bonne prise en charge physique et psychologique.  
 
Voici les points que nous souhaitons voir améliorer, en ce qui concerne le diplôme et la fonction d’aide-soignant(e) :  
- Que le métier d’aide-soignant(e), de jour comme de nuit, soit considéré comme pénible dans le calcul de la retraite. Les transferts de patients, le brancardage, les installations au lit, les toilettes… Beaucoup de manipulations qui, au fil des années, endommagent notre santé, voir nous invalident dans certain cas.  
- La VAE (Validation d’Acquis par l’Expérience) doit être supprimée car notre diplôme est, de ce fait, bradé. Beaucoup de personnes ayant eu la fonction d’aide-soignant(e) ou ayant été ASH (Agent de service hospitalier), estiment suffisant d’avoir la VAE pour exercer le métier d’aide-soignant(e), pour être responsable d’un service et de ses patients. L’année d’école d’aide-soignant(e) est indispensable pour exercer ce métier.  
- Nous demandons que les ASH n’exercent en aucun cas la fonction d’aide-soignant(e). Beaucoup d’établissements, publics comme privés, embauchent à moindre coût des ASH pour exercer notre métier, sans diplôme, sans formation, sans compétence… Les patients ne sont-ils pas en danger ?  
- Nous demandons un salaire convenable. Nous faisons un métier avec beaucoup de responsabilités, nous tenons à le souligner. Un salaire de base (net) en début de carrière, autant dans le public que dans le privé, à 1.350 euros environ nous semblerait convenable. Beaucoup de collègues, malgré des années d’expérience, gagnent 1.200 euros net. 


- Un début de carrière en classe B, avec un indice majoré à 338 ne serait que reconnaître notre année de formation et les responsabilités qui nous incombent dans les services où nous exerçons. De plus en plus d'infirmier(e)s nous délèguent des tâches, des soins, conte tenue des nombreuses taches administratives etc... 
 
Nous souhaitons :  
- Un statut d’aide-soignant(e) à part entière !  
- Une formation ainsi qu’un diplôme protégés et non bradés par la VAE.  
- Des postes d’aide-soignant(e)s réservés et non remplacés par des ASH.  
- Un salaire de base en début de carrière décent pour un poste à responsabilités. 


- Un début de carrière en classe B avec un indice majoré à 338 


Nous aimons notre métier, nous le faisons avec passion, c’est une vocation.  
Nous aimons soigner nos patients pour qu’ils soient dans un confort optimal.  
Nous aimons parler avec eux, les écouter, ils en ont besoin et se sentent rassurés.  
 


Un groupe sur Facebook a été créé, je vous invite à aller le visiter : Pour une reconnaissance du métier d’aide-soignant(e).


Vous pourrez alors vous rendre compte par vous-même, de la pénibilité du travail (charges de travail, suppressions de postes etc.), des conditions de travail qui règnent et de la dévotion que vous avons pour ce métier, pour nos patients, ce qui nous amène parfois au burn-out.  
 
Au nom de tous les aide-soignant(e)s diplômé(e)s, nous espérons que notre action va être bénéfique, que vous allez prendre en compte notre combat et nous espérons avoir une réponse positive.  
 
Je vous prie d’agréer, Madame la Ministre, l’expression de notre très haute considération.